C'est le pied

Publié le par Kurisutofu

Bien le bonjour à vous!

Aujourd’hui, je suis pas Christophe … enfin, je le suis mais je vous écris pas avec mon corps, juste avec mon pied … car aujourd’hui, je suis juste un pied.

J’espère que j’écris correctement car je peux pas vérifier, un pied n’a pas d’œil …

 

Vous vous demandez surement comment j’ai put me transformer en pied … en fait, j’ai fusionné avec … Laissez-moi vous expliquer.

 

Remontons à un peu plus de deux ans et demi, environ deux semaines avant que je ne parte pour le Japon.

Je regardais tranquillement la TV en me coupons les ongles de pied lorsque quelques chose d’intéressant, à la TV, attira mon attention pendant que je coupais l’ongle du gros doigt de mon pied gauche. Et voilà que sans faire attention, je coupe la chair sur le bord de l’ongle … qu’à cela ne tienne, je nettoie et désinfecte et le tour est joué.

Enfin, pas tant que çà …

En effet, les jours suivant, j’ai mal à ce doigt et je vérifie pour voir que le doigt a enflé et était rouge … pas bon tout çà.

Je vais voir le docteur qui me donne une pommade à mettre sur la plaie avec des bandages. Je m’exécute pendant une semaine et après avoir constaté que c’était pire, je vais voir un autre docteur, du même cabinet.

Le docteur me dit que je devrais surement me faire couper la partie de l’ongle qui touche la plaie, pour éviter qu’il n’entre dans ladite plaie … mais le truc, c’est qu’il faut couper jusqu’au bout, c’est-à-dire jusqu’à la source de l’ongle, sous la chair pour éviter qu’il ne repousse … ouais, pas top top …

A ce moment-là, j’étais à quelques jours de mon départ pour le Japon donc je n’avais pas le temps de prévoir une opération. Il me donna donc de la pommade antibiotique et me dit que je devais couper l’ongle régulièrement pour éviter qu’il n’entre dans la chair. Eventuellement, je devrais me faire opérer au Japon.

 

Donc, régulièrement, l’ongle entrait dans la chair, je saignais quelques jours, je mettais de la pommade et coupais l’ongle, çà s’arrangeait.

Jusqu’à récemment … J’ai coupé l’ongle et mis la pommade mais c’était toujours infecté. J’ai donc décidé d’aller voir un docteur car çà faisait de plus en plus mal quand je marchais …

Je vais voir un docteur à « l’Euro Clinique ». C’est une clinique créée par une médecin française. Je n’y suis pas allé pour cette raison mais parce que cette clinique est à 5 minutes de chez moi. De plus, cette clinique a plusieurs branches et donc je pense que la dame doit travailler dans une agence à Tokyo, c’est plus classe ^_^

 

Je vais donc à cette clinique, c’était la semaine dernière.

J’avais raison, la femme ne travaillait pas dans cette agence mais à ma grande chance, le docteur japonais qui m’a reçu parlait français!

Il vit à mi-temps en France, vers Nice, à mi-temps au Japon .., çà a du bon d’être riche … j’aurais du faire docteur …

Ce docteur est peut-être le docteur le plus sympa que j’ai jamais rencontré! On a discuté et on a passé un bon temps je dirais. Il m’a même dit que si j’avais un problème ou des questions sur la vie au Japon, je pouvais l’appeler. Oui, super sympa !

Comme il est sympa (je l’ai déjà dit?), et que c’est un bon docteur, il m’explique le pourquoi du comment de ce qu’il se passe avec mon pied.

Apparemment, l’infection n’est pas superficielle, elle est interne, et en fait, même moi je pouvais le voir donc on était un peu surpris que les deux docteurs en France ne l’aient pas vu.

S’ils l’avaient remarqué, çà m’aurait évité bien des soucis … car si l’infection avait été superficielle, c’est-à-dire au niveau de la peau environ, la pommade aurait suffit mais comme c’est plus profond, au lieu d’une pommade antibiotique, il me fallait des cachets … çà aurait donc permis à l’infection de se résorber et donc de laisser passer l’ongle. Et c’aurait été fini!

Mais bon, là, il me dit donc qu’il me faudra prendre ces cachets mais que maintenant, l’infection est plus grosse donc il faudra surement opérer, tout dépendra du docteur qui le fait … zut alors! Je vais porter plainte contre les docteurs français! >_<

Mais c’est possible de ne pas opérer, çà dépend du docteur … attendez une minute! C’est pas ce docteur qui va me le faire ?!

Eh bien non, il m’explique qu’il pourrait le faire mais ils ne prennent pas la carte d’assurance (la sécu quoi) car au Japon, ce n’est pas obligatoire, c’est au choix de l’établissement. Il me conseille donc d’aller voir un hôpital qui l’accepte afin que je sois remboursé a 70%.

Oui, je me répète, mais il est sympa hein !? Il aurait put faire l’air de rien, me couper la chose et me dire « voilà, çà fera 2 million de dollars ». Trop gentil le type !

 

Mais du coup, faut que j’aille à un autre hôpital.

J’y suis allé aujourd’hui, et c’est là que j’ai fusionné avec mon pied …

 

J’arrive à l’hôpital vers 11 heures du matin (oui, c’est tard mais j’avais été à un autre mais aujourd’hui le docteur de la chirurgie orthopédique était en congés … le seul jour de la semaine … ). C’était un petit hôpital, pas très rassurant de prime abord mais une fois entré, on voit que c’est respectable.

Quand c’est mon tour, je vois que le docteur est japonais, un vieux japonais … donc pas d’espoir de parler anglais, et encore moins français. Pas de problème, je suis un guerrier et puis faut bien que j’entraine mon japonais. Dans un sens, j’aime bien ces situations désespérées car je suis obligé de pratiquer, je peux pas recourir à l’anglais.

Grace aux explications du précédent docteur, j’ai put comprendre ce que me disait le docteur japonais. Et petit bonus, j’ai appris du nouveau vocabulaire, comme par exemple microbe et infection.

Le docteur me dit donc que l’infection est trop grosse pour donner juste des médicaments car le temps que çà prendrait pour rétrécir, l’ongle rouvrirait le tout et empêcherait donc le tout de guérir … çà reviendrait donc à prendre des médicaments pour rien.

Il faut donc couper et prendre les médicaments. Par couper, il parle de couper l’ongle.

J’ai donc pensé qu’il fallait opérer pour couper l’ongle jusqu’à la source et dire au revoir à tout un coté de mon ongle à vie, comme me l’avait expliqué le docteur en France.

Eh bien non, décidément, les docteurs que j’ai consulté en France sont peut-être bon pour les rhumes ou autre, mais je les recommanderais pas pour un problème lié à la chirurgie …

En fait, le docteur japonais m’explique qu’il faut couper l’ongle mais pas besoin jusqu'à la source, car on peut le laisser repousser, et quand l’infection sera guérie et que l’ongle repoussera, il faudra le lever pour pas qu’il entre encore dans la chair ou alors, je peux utiliser une «gouttière» qui guidera mon ongle tout en repoussant la chair sur l’autre coté.

(Ok, pour donner un peu de crédit au deuxième docteur français, il m’avait expliqué le truc de lever l’ongle pour pas qu’il entre dans la chair … sauf que sans l’antibiotique à avaler, çà servait à rien …)

Par contre, un truc de vraiment pas bien avec le docteur japonais, c’est qu’en plus de me demander toute les 30 secondes si je comprenais, pour m’expliquer, il appuyait sur l’infection … et çà faisait très mal!

Je suis un guerrier, comme dit plus tôt, donc j’ai juste dit « çà fait un peu mal quand vous appuyer”. A l’interieur, j’etais du genre « AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAIIIIIEEE !!! Trou du cul !»

En continuant à parler, je m’aperçois qu’il va falloir couper aujourd’hui … quoi!? Moi qui espérait repousser l’inévitable …

Il me dit qu’il va falloir anesthésier … encore heureux !

Mais là, je réalise que anesthésie est synonyme de piqûre! Et donc, piqûre au doigt du pied !! Çà, ça risque de faire mal …

Et bien oui, çà fait mal, croyez moi.

Il a commencé par planter l’aiguille pas loin de l’infection … En général, j’ai pas souvent mal face à une “attaque” physique. On peut me pincer, frapper, griffer, voir me couper (pas trop hein) avec un couteau, j’ai pas mal. Tout au plus, çà picote.

Mais là … j’ai jamais eu aussi mal de ma vie!

En plus, j’ai eu peur, je regardais l’aiguille et comment le docteur appuyait au point de la tordre … j’avais l’impression qu’elle allait casser !

Bien sûr, en bon guerrier, j’ai pas crié, ni même ouvert la bouche.

Pas que je veuille vraiment faire le guerrier, mais c’est pas mon style de gémir …

Enfin, il l’enlève l’aiguille!

Ouf!

Et là, je le vois revenir vers le doigt … quoi ? Il va pas replanter quand même!?

Ah ben apparemment AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHH !!!!  

Il a planté directement dans l’infection! >_<

La première piqûre était rien comparée à celle-là!!

La seule fois où j’ai eu presque aussi mal que çà, c’était 10 secondes avant, avec la première piqure! Et je dis bien « presque » !

Car là, vraiment, c’était intenable! En bon guerrier, j’ai serré les poings mais j’ai quand même laisser échapper un souffle … enfin, une aspiration. Vous savez, la même que l’on fait quand on voit un truc qui ferait mal à la TV et qu’on compatie ou ressent la même douleur …

J’avais l’impression que l’injection durait des heures ! La douleur était telle qu’à ce moment, je n’étais plus Christophe, le garçon de 26 ans, j’étais juste un pied … Un pied qui souffrait …

Voilà comment j’ai fusionné avec mon pied, je n’ai fait plus qu’un avec lui, je n’avais plus d’autre partie de mon corps. Vous auriez put me couper le bras, j’aurais surement rien senti …

Pour aider à me divertir de la douleur, bizarrement, j’ai regardé le sang couler de mon pied. Y’en avait pas tant que çà mais quand même plus que ce je l’aurait cru. Et puis le sang était presque noir … et je sais pas pourquoi, çà m’a aidé à ne pas trop penser à la douleur … peut être que mon esprit a associé le sang avec la réparation … maintenant, je comprends pourquoi au moyen-âge l’exsanguination marchait bien ^_^

Après çà, il a encore planté l’aiguille une troisième fois pour faire un sorte de ligne avec les deux précédentes piqûre. Celle-là, je l’ai presque pas senti.

Ensuite, il prend les ciseaux et je me dis «Quoi?! Tu vas couper maintenant ?! Tu veux pas attendre un peu, histoire que l’anesthésie fasse effet !? »

Mais en fait, elle faisait déjà effet car je n’ai rien senti … c’était bizarre de le voir couper comme çà, tranquille Émile, tout un coté de mon ongle, le doigt saignant abondamment et sans rien sentir … je suis content de vivre à notre époque ^_^

Au moyen-âge, j’aurais souffert!

 

Donc, voilà, j’ai un bandage au pouce, je marche bizarrement mais çà devrait s’arranger assez vite et surtout, guérir définitivement !

 

C’est tout pour aujourd’hui, bon appétit ^_^

 

C.

Publié dans Divers

Commenter cet article

Laurent 20/10/2008 07:05

une bellehistoire de pied.

00S 14/10/2008 00:46

Et encore, tu as échappé au CD de l'île aux enfants qu'aurait pu te mettre le docteur pour te distraire de la douleur...

En tout cas, rien qu'à lire, j'avais le doigt de pied qui se crispait ! Exactement comme lorsqu'on regarde un match de foot et qu'il y en a un qui prend le ballon dans les roubignoles... Ce partage humain de la douleur de l'autre !

En tout cas, j'espère que tu as bien retenu la leçon : repousser l'inévitable est pire que mieux !

Kurisutofu 14/10/2008 01:59


C'est clair ... et bon, c'est vrai que c'aurait put etre pire et comme tu dis, il aurait put me passer l'ile au enfants! >_

FERREIRA Chantal 09/10/2008 08:39

Oups ! j'ai eu mal pour toi ! Mais vois deux avantages : 1) :Comme le dit ta soeur, Tu n'auras plus mal, c'est fini. et 2) : Tu a pratiqué le japonais et tu as appris de nouveaux mots.

Kurisutofu 09/10/2008 09:07


ouais, c'est sur mais bon, ca a bien fait mal ... apprendre le japonais, c'est dur! >_

Nelly 08/10/2008 14:58

Aie aie aie ! ça a dû faire bien mal ! mais au moins maintenant t'es tranquille !