L'ordre de Canardville - Chapitre 1

Publié le par Kurisutofu

L’ordre de Canard-Ville : Chapitre 1

 

Chris, tu m’écoutes?!”

Mon vrai nom, c’est “Christophe”, mais ici, tout le monde m’appelle “Chris”, c’est plus rapide et plus court. Il faut dire que le nom “Christophe” au Japon, en plus de n’être pas commun, est assez dur à prononcer pour un japonais, et encore plus dur à se rappeler.

J’allais donc du nom de Chris.

J’aime bien ce nom, je trouve que cela me donne un air Américain, air qui s’efface aussi vite que l’on m’entend parler anglais avec un accent à couper au katana. J’aurais bien dit à “couper au couteau” mais voyez-vous, j’essai de m’intégrer au pays du soleil levant et l’intégration commence par l’acception, et la pratique des coutumes locales, comme pour la langue.

Dans ce domaine, je ne suis pas à féliciter car en trois ans de vie dans ce pays, je n’en parlais toujours pas la langue. Mais he, j’ai dit katana, çà compte pour quelque chose, non?

“- Oui je t’écoutes. Elle a dit quoi alors?”

Je répondais à Jayant, mon collègue dans l’équipe d’ingénieurs informaticiens dont je faisais parti. Jayant était un collègue que j’appréciais, il n’était pas comme tout ces japonais qui travaillaient comme des robots ... personne ne se parle, le travail est important, concentrons-nous sur la tache, ou du moins, donnons l’impression que l’on est concentré alors que l’on surf sur le net. Non, Jayant était un étranger comme moi, sauf qu’au lieu d’être Français, lui était Indien. D’Inde bien sur, pas indien comme dans “indiens et cowboys”, hein.

Il avait 29 ans, deux ans de plus que moi, et allait se marier bientôt, mariage dont il me racontait la préparation.

Il avait raison de poser la question car même si j’ai répondu le contraire, je n’écoutais pas ce qu’il me disait. Il faut dire que ce jour-là, je n’étais pas concentré, ni sur mon travail, ni sur la discussion avec le futur marié. La raison de mon manque de concentration venait du fait que je n’avais pas dormi depuis quelques jours et cela commençait à se faire ressentir sur mes nerfs, je m’attendais de secondes en secondes à avoir des hallucinations dut au manque de sommeil, secondes qui passaient d’une lenteur incroyable d’ailleurs.

Bon, je n’avais pas passé plusieurs jours entiers sans sommeil, j’ai put faire une sieste de temps en temps, dormir pendant vingt minutes un jour, trois quart d’heure le lendemain, voir deux heures entières la nuit précédente, mais pas de nuit complète et surtout, aucun sommeil récupérateur. A chaque fois que je m’endormais, je rêvais de la situation traumatisante que j’avais vécu environ une semaine auparavant.

J’avais tué. Je suis un assassin.

Beaucoup de monde n’en ferait pas tout un plat mais j’avais tué un moucheron et cela me pesait sur la conscience. Ce moucheron était, je le pense, un espion pour l’ambassade Moucheronne au Japon. Ce que je ne savais pas, c’est s’il m’espionnait personnellement, ou bien si je l’ai surpris à aller espionner quelqu’un autre et n’ai été qu’un obstacle au mauvais endroit au mauvais moment. Sur cette question, l’ambassade Moucheronne ayant affirmé ne pas connaitre ce moucheron, je n’avais aucune réponse. Et depuis, je ne trouvais plus le sommeil, et quand je le trouvais ne serait-ce qu’un court instant, la mémoire refaisait surface et me réveillait en sueur.

De penser à tout cela, je sentais la fatigue remonter. Pas la fatigue bienfaitrice qui vous permet de vous endormir en un instant, non, mais la fatigue totale, la fatigue psychique qui vous empêche de dormir tout en vous torturant d’un sentiment de total épuisement, comme les jours où l’on fait du sport et que l’on est tellement fatigué que l’on ne trouve pas le sommeil. Eh bien dans mon cas, c’était pire.

Je soupirais en frottant mes doigts sur mes paupières fermées, après avoir ôté mes lunettes. C’est en passant ma main dans mes cheveux que je me rappelais que je discutais avec Jayant, et que le soupir devait avoir l’air suspicieux.

“- Oh, je souffle pas pour toi, t’inquiètes pas! C’est juste que je viens de me rappeler que j’avais quelques chose à faire chez moi et j’ai totalement oublié!”

Je m’étais bien rattrapé, et pourtant il me regardait toujours d’un air bizarre.

-  Tu m’as l’air bien fatigué ... Tu devrais peut-être rentrer te reposer, non?

-       Oui peut-être ... enfin ... ouais, t’as raison. Je vais en parler au chef et je vais rentrer, même si je suis pas sur que çà va aider, en ce moment, j’ai du mal à dormir.

-       Oui, une fois, çà m’a fait pareil et ...”

 

Non c’était pas pareil!

Ne pas pouvoir dormir un jour, voir deux, çà arrive oui, mais là, cela faisait déjà cinq jours! Cinq jours que je revoyais en rêve le meurtre que j’avais commis et les doutes qui m’assaillaient avec. Mais depuis la nuit précédente, une chose de plus s’était ajoutée à mon déconfort ... Je me sentais épié.


Commenter cet article

Davebond 00S 22/09/2009 16:33


C'est un bon premier chapitre car il laisse l'histoire se mettre en place sans que ça soit ennuyeux. ^^


Kurisutofu 22/09/2009 17:37


Merci ^_^
J'aurais put faire mieux mais je voulais pas faire des chapitres trop long ...
je suis content que ca plaise ^_^ 


Kal_el 20/09/2009 23:34

Pas mal du tout !!! La suite ! La suite !! ^^ Il me tarde de savoir si Joyant n'est pas un espion Indien embauché par la Russie pour te traquer !!

Kurisutofu 21/09/2009 04:10


Peut-etre ;-) la suite est deja en tete donc il me reste plus qu'a avoir du temps pour l'ecrire ^_^


Nelly 20/09/2009 12:23

MDRRRRRR ! J'attends la suite sans trop rien dire, mais j'imagine bien comment tu vas continuer. Je te dirais si on a connecté nos pensées !! lool

Kurisutofu 20/09/2009 13:05


Ou bien tu peux m'envoyer un email car je serais rarement connecte ce long week-end de 5 jours ^_^v


Chantal 20/09/2009 09:50

Bon début . Continue !

Kurisutofu 20/09/2009 11:20


Merci. L'histoire se met en place donc un peu de patience