L'ordre de Canardville - Chapitre 7

Publié le par Kurisutofu

L’ordre de Canardville : Chapitre 7


«  Toi! »

Au moment ou Oncle D. allait affliger une douleur tellement grande à sa victime qu'elle aurait souhaité ne jamais être nait, ce chat de malheur venait fourrer son nez dans une affaire qui ne le regardait pas, une fois de plus.

Il avait déjà eu à faire à ce chat à plusieurs reprises, et plusieurs fois, il croyait s'en être débarrassé pour de bon. Combien de fois allait-il devoir le tuer?! Était-ce donc vrai que les chats avaient neuf vies?!

Le chat allait du nom de Toufou, un agent du S.P.C, une agence secrète du gouvernement chatard qui aimait se mêler des affaires des autres, et surtout de celles des cafards, surement attirés par leur technologie.

Les chats avaient aussi une technologie assez avancée mais rien ne pouvait concurrencer les connaissances des cafards dans le domaine des sciences. Il était même dit que plusieurs espèces, dont les chats, enlevaient et tenaient captifs des chercheurs cafard pour extraire de force leur savoir. Oncle D. aimait à penser que les cafards étaient résistant, et préféreraient la mort plutôt que de divulguer leurs secrets. Cependant, une part de lui savait que ce n'était pas possible et que la torture venait à bout de tout le monde, que ce cela soit un humain, un chat ou un cafard.


«  - Oui moi. Çà faisait longtemps, Oncle  D.»


«  - Qu'est-ce que tu fiches ici?! Toute cette affaire ne concerne ni toi, ni ton gouvernement! »


«  - Aurais-tu oublié le pacte de non-agression des humains? Si je me rappelle bien, le gouvernement cafardien l'a ratifié. Et si ma mémoire ne me fait pas défaut, le pacte stipule qu'une attaque envers les humains, même un seul, doit d'abord être voté par le conseil inter-espèce. Et d'après ce que j'ai compris, il n'y a eu aucun vote pour celui-ci »


Disant cela, Toufou regarda en direction de l'humain totalement déconcerté par ce qu'il voyait.

Toufou était un chat vif, musclé et rompu aux techniques de combats les plus diverses et dangereuses. Seul les félins pouvaient utiliser de telles techniques et ils étaient reconnus comme les meilleurs combattants de cette planète. Les chats étaient les espions de choix lorsque des combats étaient à prévoir. Ils étaient aussi passé maitre dans le déplacement furtif, ce qui expliquait pourquoi Oncle D. n'avait pas remarqué la présence de Toufou dans les parages. Mais l'intelligence des cafards et leur technologie compensaient pour la différence physique et donnaient même l'avantage aux cafards dans un conflit. Voilà pourquoi les chats, en autre, ont toujours voulu s'accaparer les ressources de son espèce.

Les cafards auraient put partager leur connaissance, ils le faisaient déjà avec quelques espèces, comme leurs cousins les blattes. Ils vendaient même leur secret de temps à autre, comme la technologie radar anti-collision et détection de proie vendue aux chauve-souris il y a plusieurs centaine de milliers d'années de cela. Depuis, certes, ils avaient amélioré leur savoir mais les chauves-souris semblaient totalement satisfaites de leur acquisition et ne souhaitaient pas se munir de la toute dernière évolution.

Mais les cafards ne feraient jamais affaire avec les chats. Les chats s'étaient attachés aux humains et les protégeaient plus qu'ils ne le devraient. Ils étaient, avec les chiens, les instigateurs du pacte de non-agression des humains. Cela faisait d'eux un ennemi naturel des cafards. Certes, ils avaient signé le pacte mais ils avaient été forcés de le faire, auraient-ils refusé que le reste des espèces se seraient retourné contre eux.

Pour un cafard, quiconque s'entendait avec les humains n'était pas digne de confiance.


«  - Non, je n'ai pas d'autorisation et j'agis de mon propre chef. Mon gouvernement n'est en aucun mêlé à tout cela et ne sait même pas que je suis ici. Enfin, ils savent juste que je suis en vacance avec mes deux fils. Je suis sur que j'encours une peine de prison en rentrant mais je ne peux pas laisser cet humain vivre, il à tué mon fils Riche. En plein milieu de nos vacances! »


Bien sur, c'était un mensonge. Il avait été envoyé par son gouvernement mais tout bon espion nierait cela. Toufou ne serait pas dupe, tout les espions avaient une excuse de ce genre pour le cas où ils seraient pris sur le fait et les chats ne faisaient pas exception.


«  - On sait très bien que c'est faux, Oncle D. »


«  - Crois ce que tu veux. Ce que je sais, c'est que j'étais en vacances et que soudainement mon fils est mort. »


«  - Oui, je sais, j'ai assisté à la scène. C'est d'ailleurs en me voyant qu'il s'est jeté sur l'humain »


C'était donc çà! Il comprenait désormais le message final de son fils, à propos du chat. Riche ne s'était pas fait avoir bêtement par un humain mais en voyant le chat, qui sans aucun doute, aurait tenté de saborder la mission, avait décidé d'éliminer Christophe au plus vite. Riche avait toujours été trop hâtif.


«  - Je vois. C'est donc en partie ta faute s'il est mort »


«  - Il a choisi lui-même de s'attaquer à l'humain. »


«  - Qu'importe, je vais le tuer, et puisque tu es responsable, tu mourras aussi »


Oncle D. fit une roulade en direction du chat tentant de le surprendre par sa vitesse accrue par la combinaison exosquelette mais les chats étaient es animaux très rapides et Toufou put éviter le coup de poing donné par Oncle D. en fin de course.

Once D. profita de l'esquive du chat pour sauter sur la table, et atterrit à coté de son sac. Il se pencha alors que Toufou s'élança dans les airs. Au moment où les griffes renforcées de métal du chat s'abattaient sur le cafard, celui-ci sorti une épée du sac et contra l'attaque du chat. La force du choc aurait ébranlé n'importe qui mais heureusement, la combinaison fonctionnait parfaitement, comme toujours avec les équipements des cafards.

Avant que le chat ne puisse attaquer avec son autre pattes Oncle D. poussa de son épée puis sauta au plus loin afin de mettre le plus de distance entre lui et Toufou. Il lui fallait gagner du temps pour laisser l'onde plasma de l'épée s'activer.

L'onde plasma utilisait le même système installé sur la scie gyroscopique qu'il allait utiliser sur Christophe. L'onde se propageait autours du métal par des hyperconducteurs installés dans le tranchant de l'épée et cela rendait l'arme virtuellement instopable. Elle pouvait couper à travers tout les matériaux, y compris l'alliage de métal des griffes du chat. Si Oncle D. pouvait couper les griffes du chat, voir même les pattes, le reste devait être simple. Toufou n'avait pas l'air de transporter d'armes.

Le chat se mit a courir vers le cafard, il avait vu cette arme à l'œuvre et connaissait sa puissance destructrice, et il savait aussi avec quel talent Oncle D. la maniait.

Oncle D. regarda la jauge sur la poignée de l'épée, elle indiquait quatre-vingt pour-cent de charge. Le chargement ne sera pas fini avant qu'il ne soit à portée de griffe du félin. Il n'avait pas le choix, il allait devoir se battre sans l'onde plasma pour le moment. Si seulement l'épée pouvait charger aussi vite que la scie gyroscopique!Le dispositif de charge était trop petit pour charger aussi vite, et une épée aussi lourde que la scie gyroscopique ne serait vraiment pas pratique, surtout s'il fallait la tenir avec les huit pattes.

Le chat donna un coup de patte vers Oncle D., celui-ci activa le bouclier magnétique de son poignet gauche. Les boucliers magnétique servaient à arrêter les balles à faible vélocité ou les attaques d'objet métallique. D'ordinaire, ils n'étaient pas utile au corps-à-corps mais les griffes du chat étant alliées à de l'acier, le bouclier pouvait remplir son rôle.

La patte du chat fut stoppée à quelques millimètres du poignet du cafard mais le chat appliquait une pression constante et la combinaison exosquelette ne pourrait pas tenir bien longtemps.

L'épée était chargée à quatre-vingt douze pour-cent. Plus que huit pour-cent et Oncle D. pourrait reprendre le dessus du combat.

Oncle D. visa le poignet du chat pour lui faire retirer sa patte, il ne pouvait atteindre un autre endroit facilement, vu sa petite taille. En tant normal, il aurait volé jusqu'à la tête ou autre mais la combinaison utilisait toute l'énergie pour retenir le coup du chat.

Il frappa le poignet du félin, ce qui ne lui fit pas grand mal mais il eut le réflexe de lever la patte de quelques centimètres, cela suffisait à Oncle D. pour se soutirer de son assaillant et alors qu'il s'envolait d'un bond rapide, il rétracta son boulier et se prépara à frapper le chat au niveau du cou.

L'épée n'était plus qu'à quelques centimètres du cou de Toufou lorsque le tressaillement familier surgit et l'onde plasma enroba le tranchant de l'épée. Avec cela, il allait trancher le cou du chat comme s'il avait été fait de beurre.


Commenter cet article

Davebond 00S 22/10/2009 07:09


Ultime ^^


Nelly 20/10/2009 12:03


trop bien ! ^^


Kurisutofu 20/10/2009 12:33


Merci